Road trip Canada : Le Yukon « Larger than Life »

Notre parcours Yukon, le van se situe aux endroits où on s’est arrêté pour dormir

Pour lire ou relire le récit précédent, L’Alaska Highway, cliquez ici 

panneau Yukon.jpg

Lorsqu’on passe la frontière du Yukon ce matin-là, on est tout excités.

Venir au Yukon, on en a rêvé, on y est !!

Ce nom résonne en nous et nous offre la promesse d’un moment marquant de notre voyage. Une promesse de nature infinie, de vie sauvage abondante, de grands espaces et de ruée vers l’or.

En réalité, nous passons deux fois la frontière car la route serpente autour de la limite entre les provinces, de sorte que nous entrons, sortons et rentrons de nouveau au Yukon. Nous apercevons encore quelques bisons en bord de route et un autre renard croisé.

Watson Lake, porte d’entrée du Yukon

Nous atteignons ensuite la petite ville de Watson Lake et sa « Sign Post Forest ». Il s’agit, d’une « forêt » de panneaux initiée par des travailleurs qui participaient à la construction de la Route de l’Alaska et qui avaient pris l’habitude d’apposer une plaque avec le nom de l’endroit d’où ils venaient. Aujourd’hui, on en dénombre plus de 70.000 et tout le monde est invité à poser la sienne ! Sympa non ?

Fan de voyage que je suis, je me régale à déambuler dans les allées, à lire les panneaux et à imaginer l’histoire qui se cache derrière ces derniers.

072515_0927_RoadTripCan6.jpg

Quelques kilomètres plus loin, nouvel arrêt pour se dégourdir les jambes en profitant d’une balade jusqu’à une rivière formant de petites cascades. On y découvre des champignons (des safranés) de très belle taille ! Le temps n’est pas de la partie mais qu’importe, cela donne une atmosphère unique.

Whitehorse, une capitale miniature

On arrive à Whitehorse dans l’après-midi mais on est très déçus car Simon (notre ami français dont on a fait la connaissance cet été au ranch) est déjà parti pour l’Alaska. C’est vraiment dommage, on l’a loupé de peu puisqu’il est parti le matin même en bus… On fait un tour dans Whitehorse avant de rejoindre notre couchsurfer dans sa maison, à l’extérieur de la ville.

Notre première impression sur la ville est mitigée, il y a tout ce qu’il faut ici mais ça nous parait vraiment minuscule pour être la capitale du territoire du Yukon ! En effet, après recherche, il n’y a que 25.000 habitants à Whitehorse (35.000 habitants sur tout le territoire). On passe quelques jours dans les environs et on profite avec le plus grand bonheur de tout le confort qu’offre une maison et de la générosité de notre hôte, Pat.

SSKlondike.jpg

Départ pour Faro

On se rend là-bas pour y rejoindre Lola et Thibaut, anciens volontaires au Fir River Ranch en Saskatchewan. Ils gardent une maison là-bas et nous ont invité à passer quelques jours avec eux.

Les 5 heures de route qui séparent Whitehorse de Faro sont un vrai plaisir (surtout après l’embranchement de Carmacks) ! La route n’est qu’une succession de lacs, de rivières, de forêts à perte de vue et de montagnes. Le soleil brille, on en prend plein les yeux, on est heureux tout simplement.

Quand on arrive à la maison (après 15 km de piste dans la cambrousse), on est accueillis par de nombreux chiens mais aussi et surtout par Lola et Thibaut. La maison est entièrement construite en bois, elle est super belle ! L’emplacement n’est pas mal non plus, c’est perdu mais magnifique. Il y a une tripotée d’animaux : 10 chiens, 4 lamas et 3 chevaux.


Voici quelques uns de nos chiens préférés :

Curly, un peu collant mais très attachant

Pippin, un bon chasseur, un peu râleur mais très affectueux

Buckwheat, un peu couillon mais très gentil

Violet, petite, gentille, affectueuse mais un sacré caractère !

Caper, on avait jamais vu une chienne aussi peureuse mais elle est adorable

Oui les nuits étaient un peu fraîches…

On a eu la grande chance de pouvoir observer des castors tout près de la maison !

Un jour où il faisait très beau et très doux, on est partis faire une belle marche sur la corniche en face de la maison, la vue était imprenable et on a vu des excréments d’ours TRÈS frais… autant vous dire que les bombes anti-ours étaient prêtes à être dégainées !

Lola et les chiens

Un des moments forts de notre passage à Faro est sans aucun doute l’observation d’aurores boréales ! On voulait vraiment en revoir et vous savez quoi ? On a été servis !! Plusieurs nuits, les conditions ont été idéales et on a eu droit à un festival de variations autour du vert. Les lueurs ondulaient dans le ciel, inondant la voûte céleste de vagues aux couleurs irréelles. Difficile de trouver les mots face à ce spectacle de la nature…

Dawson City

Près d’une semaine plus tard, nous reprenons la route vers le nord en direction de Dawson City « LA » ville de la ruée vers l’or. En chemin, on croise un porc-épic qui va se réfugier dans un arbre en nous voyant.

En fin d’après-midi, on décide de s’arrêter pour faire à manger sur une aire de repos située juste à côté d’un joli lac, le « Gravel Lake ». Comme l’endroit nous plait bien, on décide de rester pour la nuit et de squatter un peu plus loin, sur un accès de mise à l’eau pour bateaux, à l’abri des regards (et de la route).

lune yukon.jpg

Une fois arrivés à Dawson City, on se rend au très efficace centre des visiteurs, on prend plein d’infos et on se fait prêter des audio guides (gratuitement avec le Pass des Parcs Nationaux) pour faire nos vrais touristes !

carte yukon

On élargit rapidement la balade au gré de nos envies. C’est tellement agréable de se promener dans cette ville hors du temps ! C’est comme faire un saut dans le passé, les bâtiments sont restés fidèles à l’époque du « Gold Rush », il y a même un Saloon !! Ici, pas de goudron dans les rues, pas de bâtiments collés les uns aux autres, c’est vraiment un bel endroit.

Nos pas nous mènent sur la rive de la Yukon River que nous longeons jusqu’au bout de la ville.

En fin de journée, on monte au « Midnight dome » (« dôme de minuit » pour les nuls en anglais) pour profiter de la vue à couper le souffle et observer les aurores boréales à la tombée de la nuit mais on réalise que l’endroit fera un  squat parfait pour la nuit.

On est pas les seuls à rester là pour la nuit, d’autres ont eu la même idée et c’est comme ça qu’on fait la connaissance de Mireille, une québécoise en vadrouille autour d’un thé.

La nature nous gâte ce soir là, en plus du merveilleux coucher de soleil et de la pleine lune, nous auront droit à quelques aurores boréales. Assez peu à cause de la lueur de la lune mais quand même !

C’est d’ailleurs assez drôle car les photos prises ce soir là semblent être prises en plein jour. Pour photographier des aurores, il faut faire de longues ouvertures sur l’appareil photo afin qu’il capte le maximum de lumière et du coup, vu la puissance de la lune, on a l’impression qu’il fait jour.

Le lendemain matin, on profite encore un peu de la vue époustouflante.

On descend en ville et on prend le ferry gratuit pour traverser la route qui continue vers l’Alaska (car la route qui mène à Dawson City traverse la ville, s’arrête à la Yukon River puis reprend sur l’autre rive).

On s’engage alors pour quelques kilomètres sur la « Top of the world » Highway et on aperçoit au loin les montagnes découpées du parc de Tombstone.

En redescendant vers Dawson City, on a une vue panoramique sur la ville, on peut aussi voir le dôme où nous avons passé la nuit, juste en face de nous.

Le soir, on décide de se rendre au Casino de la ville, le Diamond Tooth Gerties. Il y a un spectacle avec des danseuses de French Cancan mais c’est payant alors on revient plus tard histoire de boire un coup et de s’imprégner de l’ambiance de l’époque en flânant au milieu des joueurs (pardon pour la qualité des photos, on avait que l’Iphone avec nous…)

Parc de Tombstone, un peu plus près du cercle polaire Arctique

On dort encore une nuit au dôme et on prend la route vers le Parc de Tombstone via la Dempster Highway. En route, on croise une femme qui venait de perdre une roue quelques minutes avant. On lui demande si elle veut un coup de main mais elle a l’air détendue et nous dit que ça va… A sa place on serait carrément en stress !!

On aurait vraiment adoré faire la Dempster Highway dans sa totalité notamment car il s’agit de la seule route canadienne praticable (en toutes saisons) à traverser le cercle polaire arctique. Elle traverse les montagnes, la toundra et comme c’est sauvage, la faune y est abondante. Nous nous raisonnons car nous voulons encore visiter d’autres endroits du Yukon, que l’hiver approche à grand pas et qu’il s’agit d’une route de gravier/terre que nous craignons d’emprunter avec le van.

Nous parcourons quelques kilomètres puis nous abandonnons le van près d’une antenne et gravissons une colline toute proche pour prendre un peu plus d’altitude et profiter de la vue. De là haut, le van nous parait ridiculement petit, alors on s’amuse à faire des photos marrantes.

On a beau n’être que mi-septembre, c’est déjà la fin de l’automne ici, les buissons sont tout secs.

On rejoint le parking du centre d’information du parc vers la tombée du jour, et on s’y installe pour la nuit. Le lendemain matin, on entreprend une randonnée de quelques kilomètres qui mène à un point de vue sur une vallée invisible depuis la route. La vue est fantastique, il n’y a pas d’autre mot !

Nous reprenons ensuite la route direction Whitehorse, étape obligée avant de rejoindre le Parc National de Kluane. En route, nous nous arrêtons net en apercevant un coyote sur le bord de la route. Il cherche à traverser la route mais n’ose pas car nous sommes là et comme il n’est pas farouche, nous avons bien le temps de l’observer et de le prendre en photo.

coyote yukon.jpg

De bref passage à Whitehorse, on en profite pour se ravitailler (parce que le nord du Yukon, c’est bien beau mais tout coûte un bras !) et on passe notre première nuit depuis le début du road trip à dormir sur un parking de supermarché. Pour le côté aventure, sauvage et glamour, on repassera !…

Le bon côté de la chose c’est qu’on est pas seuls puisque tous les véhicules récréatifs sont les bienvenus, que le supermarché a des toilettes et du wifi même depuis le parking. Le mauvais, c’est que c’est pas simple pour se faire à manger. On pose la table sans les pieds sur le lit, on s’assoit sur le banc et on « cuisine » vite fait en faisant attention à pas cramer le lit !

C’est sous un magnifique ciel bleu que nous prenons la route pour Haines Junction. La route est magnifique et les couleurs d’automne époustouflantes.

Parc National Kluane

En arrivant, on se dirige tout de suite au centre des visiteurs et on chope plein d’informations sur les sentiers de randonnée et les choses à voir dans le parc. En sortant, on fait la connaissance d’un couple de français voyageant dans un camion 4×4 baptisé « Palathéo » avec leur fils et leur petite chienne. Le courant passe tout de suite et ils nous invitent à visiter leur camion et à prendre un Nespresso (alerte extase totale après 3 mois à boire du jus de chaussette !!). De fil en aiguille, on finit par passer la soirée tous ensemble en buvant quelques bouteilles de vin rouge ramenées de France par nos compatriotes.

Lorsqu’on sort de leur camion à une heure plutôt avancée, on lève le nez au ciel et on tombe sur des aurores boréales ; chacun regagne ensuite son « bolide » pour une bonne nuit de sommeil.

On se dirige ensuite vers le nord sur la route de l’Alaska pour rejoindre le sentier Sheep Creek qui offre un point de vue sur un glacier et où l’on peut observer des mouflons.

Après un détour au Lac Kluane, on met le cap sur Haines Junction pour passer une nouvelle nuit sur le parking du centre des visiteurs. Le lendemain, on se dirige vers le sud cette fois avec pour but de faire une randonnée au sentier Auriol, une boucle de 15km à travers la forêt, les rivières et les prairies alpines. Cette magnifique marche dure environ 5 heures ; lorsqu’on revient au van, on est bien fatigués mais fiers de nous.

kluane.jpg

Comme on a pas le courage de partir à la recherche d’un endroit où dormir, on reste sur le parking du point de départ du sentier. L’astuce c’est que le sentier possède un petit camping et que certaines personnes qui font la randonnée passent la nuit là-haut en abandonnant leur véhicule sur le parking pour la nuit, les gardes ne trouvent donc pas suspect que des véhicules restent garés à cet endroit même le soir !

Au petit matin, on démonte les roues de notre van car ça fait 1 ou 2 jours qu’on sent quelque chose de bizarre quand on roule mais qu’on ne voit rien alors on sort le cric et c’est parti !… On finit par trouver d’où vient le problème, un de nos pneus est complètement déformé, la trame en fer sort de la gomme et ça fait des bosses dans tous les sens. On le remplace donc par la roue de secours et nous décidons d’attendre d’être à Whitehorse pour faire le nécessaire.

On suit la route de Haines encore plus au sud pour explorer quelques nouveaux recoins du parc : le Lac Kathleen puis le Rock Glacier (ou glacier rocheux).

C’est à Kluane que nous passons le cap des 10.000 km parcourus depuis Montréal ! Nous avons du mal à réaliser. Tous ces kilomètres parcourus en à peine 2 mois, cela nous parait à la fois énorme et tellement facile.

Le soir, nous reprenons la route pour Whitehorse, notre voyage au Yukon touche malheureusement à sa fin… C’est notre coup de cœur (pour le moment) au Canada.

Nous passerons la première nuit sur le parking de Walmart puis, étant bloqués ici pour quelques jours à cause des pneus, nous nous déciderons à appeler Pat, notre Couchsurfeur.

La prochaine fois, on vous parlera de notre route vers le sud sur la Stewart Cassiar, en Colombie Britannique avec, entre autre, des ours et des glaciers. Pour lire l’article, cliquez ici

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. Magnifiques photos, j’ai toujours rêvé de partir pour le Yukon.
    Flo Make My Trip Articles récents…Stand Up Paddle à Nice : les meilleurs spotsMy Profile

  2. C’est un endroit qu’on ne peut que conseiller ! La faune, les couleurs, la lumière, les paysages, tout y est magique !
    Bons voyages 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

CommentLuv badge